Paramétrages

06 octobre 2016

Run, Data, run!
L'usage de données analytiques dans le sport

Logo SQLI digital transformation

Quel merveilleux été pour les fans de sport : nous avons assisté aux larmes émouvantes de Cristiano Ronaldo lors de la finale de l’Euro 2016 ; à la première médaille d’or du Vietnam depuis que le pays a rejoint la compétition en 1952 ; à la victoire de Chris Froome au Tour de France 2016 le rapprochant un peu plus du quatuor des quintuple champions ; à Vincenzo Nibali revêtant fièrement le maillot rose suite à sa seconde victoire du Giro d’Italia ; ainsi qu’à l’expression ébahie de la nageuse chinoise Fu Yuanhui’s apprenant son temps de nage actuel qui lui valut la « médaille de l’enthousiasme ». Et n’oublions surtout pas les six médailles Olympiques que les Belges ont remporté à Rio !

Toutefois derrière ces glorieux instants, un autre évènement prospéra, faisant discrètement mais sûrement son entrée dans l’arène… Quiconque ayant regardé le film Moneyball se souvient probablement de l’intrigue ; pour ceux pour qui ce n’est pas le cas, en voici un bref résumé : Billy Beane directeur général de l'Oakland Athletics (interprété par Brad Pitt) est fortement irrité par les pertes consécutives de son équipe. Il finit donc (après quelques retournements hollywoodiens) par embaucher Peter Brand (Jonah Hill), un jeune diplômé en économie de Yale à la pensée novatrice pour évaluer la valeur des joueurs basée sur la sabermétrie. En effet, Brand sélectionne les joueurs basés presque exclusivement sur leur moyenne de présence sur les buts (OBP). Cette stratégie génère un énorme succès. Bien sûr, comme c’est souvent le cas à Hollywood,  une histoire pleine de rebondissements s’en est suivie.

A kick in the grass

Bien que ce film soit sorti dans les salles en 2011 ; l'action, elle, se déroule en 2001 (c’est-à-dire il y a quinze ans). Beaucoup de chose ont changé depuis dans le paysage de l’analytique, de plus en plus d’athlètes et d’équipes ont recours aux données pour améliorer leur jeu, leurs compétences naturelles, ainsi que l'expérience de leurs fans. L’analytique n’est plus seulement une affaire de business, mais porte plutôt sur l'utilisation de grands volumes de données afin d’obtenir des indications plus perspicaces selon un contexte bien défini, quel que soit celui-ci.

La NBA et les statistiques interactives permettant aux fans d'avoir un accès instantané à toute son histoire ; Wimbledon et les analyses de sa plateforme d’I.A. et son processus de prévision pour une alimentation pertinente des médias sociaux ; McLaren et ses voitures aux paramètres mesurés fournissant des données pour l'analyse et la comparaison des pilotes ; ou la Mannschaft bénéficiant d’un aperçu des tactiques des équipes afin d’acquérir un avantage concurrentiel n’en sont que quelques exemples.

L’analytique a été largement intégré dans toutes les branches sportives ; des caméras, capteurs (GPS) ainsi que des appareils portables sont utilisés pour recueillir des données qui seront ensuite analysées par des équipes analytiques au nombre croissant. Ces nouveaux éléments d'information sont précieux car ils recueillent les événements importants, non seulement là où l'action se déroule, mais aussi tout autour du terrain. En effet, de nombreux facteurs influents surviennent au cours d'une manifestation sportive ; le mouvement du corps lors d'un swing, la force et la direction du vent, les faits et gestes des adversaires, la quantité de passes et de tacles, etc. Ceux-ci contribuent à l’élaboration d’un ensemble de mesures de succès. 

All it takes is all you’ve got

Tandis que l’on peut penser à première vue que ces avancées ne sont utilisées que pour triompher de ses concurrents, elles sont également d'une grande utilité quant à la santé des athlètes. Grâce aux informations récupérées via leurs appareils portables et couplées avec des données historiques, il est désormais possible de prédire quand un joueur est sur le point d'être blessé. Les entraîneurs peuvent également suivre les habitudes alimentaires, la fréquence cardiaque et la performance générale de leurs joueurs. Cela permet de faire des économies tant au niveau du temps que des coûts de récupération.

Néanmoins, cette nouvelle tactique visant à l'amélioration de soi ou d'une équipe peut soulever une question d’ordre éthique : est-ce vraiment équitable envers les autres athlètes/équipes ? Cela peut-il être comparé avec les produits dopants ? En effet, la FIFA pendant longtemps fut opposée à l'utilisation d'appareils portables au cours des rencontres.

Alors que les dopants ont un impact direct sur les capacités physiques d’un individu, l’utilisation des données dans le but d’en tirer de nouveaux apprentissages sur la façon d’améliorer les compétences naturelles nécessite toujours une action humaine.

Pourtant, qu'en est-il des athlètes ou des équipes qui ne peuvent pas se permettre un tel investissement ? Certes, il existe de nombreuses façons d'analyser les données, de la plus coûteuse à la plus abordable ; on peut donc soutenir que cette technique est à la portée de tous.

Mais l’analytique n’est in fine qu’une impulsion, tel un entraîneur. Certains sont dotés des (ou peuvent se permettre les) meilleurs et d’autres malheureusement pas. Tout comme les entraîneurs, l’analytique offre un aperçu sur la façon dont un joueur devrait s’y prendre pour s’améliorer ; c’est un regard externe analysant l’attitude des joueurs pour les aiguiller. Finalement, il en revient toujours aux athlètes et à leurs capacités à pouvoir intégrer ces recommandations au mieux ; certains sont doués pour cela d’autres moins, toutefois le rapport humain en est toujours le noyau.

Defend ‘til the End

Alors que l'analytique apporte de nouvelles perspectives dans le sport, nous ne pouvons qu’imaginer un nombre croissant de nouvelles techniques à l'avenir. Des terrains de sport entiers placés sous surveillance permettant de meilleures décisions d'arbitre et minimisant ainsi les erreurs (de jugement) humaines ; des objets plus connectés tels que des chaussures, balles, battes de baseball, crosses de hockey, pagaies, etc. fournissant des informations non seulement sur l'état des joueurs, mais aussi sur le comportement des objets compte tenu des différentes situations, et bien entendu une augmentation de « l’expérience utilisateur » pour les fans.

Comme mentionné ci-dessus, les associations telles que la NBA et Wimbledon font de leur mieux pour accroître la satisfaction de leurs fans, étant donné que leurs revenus proviennent principalement de ces derniers. En effet, le sport ne serait rien sans ces fans prêts à payer pour voir, acclamer et supporter leurs équipes et athlètes favoris. Pendant les courses de voile aux Jeux Olympiques de Rio, l’organisation utilisait les données GPS des bateaux et bouées, mais aussi les infos sur le vent en temps réel pour pouvoir donner aux spectateurs une meilleure vue d’ensemble. Cette façon de présenter la course la rend plus attractive pour les spectateurs. Le Giro d'Italia a, à cet égard, lancé sa toute nouvelle application (juste à temps pour la compétition de 2016) avec un look revisité et de nouvelles fonctionnalités. Selon leurs statistiques, le digital media du Giro a atteint dix-neuf millions d'utilisateurs Facebook uniques, pas moins de cinquante millions de vues sur Twitter et encore cinquante millions de pages visitées sur le web.

Les statistiques en temps réel sont de plus en plus répandues, toutefois alors que l’avenir se profile, de nouvelles façons d'interagir avec les fans émergent au moyen d'applications. Fournir une expérience proche de celle d’un stade à portée de doigts, améliorer la commodité des événements, établir de nouvelles façons d'entrer en contact avec les athlètes pour augmenter la dévotion des fans pour leur équipe et/ou athlètes favoris se présagent comme étant la suite logique des événements.

Get your (data) Game on!

Que l'on soit pour ou contre l'implication de l'analytique dans le sport, prétendre que celle-ci est inutile serait illusoire au vu de la myriade de nouvelles possibilités que celle-ci entraîne avec elle. L'avenir des données dans le sport est lumineux. Par conséquent, si vous êtes désireux de sauter à pieds joints dedans, c’est le moment où jamais.

Merve Gunaydin
BI Consultant
SQLI

  • Partagez
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin